EST’elles recrute des membres qui acceptent de participer à « une bibliothèque vivante » en tant que « livres vivants »

biblio de livres vivantsLa Bibliothèque vivante est un outil pour la promotion du respect des droits de l'homme et de la dignité humaine. 

Fin mars EST’elles Executive participe, avec d’autres associations, à un évènement coordonné par le Conseil Départemental 54 en faveur de la lutte contre les discriminations. Nous cherchons à recruter des membres qui acceptent de participer à « une bibliothèque vivante » en tant que « livres vivants ».  La Bibliothèque vivante est un outil pour la promotion du respect des droits de l'homme et de la dignité humaine. Elle a pour objectif de sensibiliser son public et de favoriser un dialogue constructif au sujet des préjugés, qui conduisent souvent à la discrimination à l'encontre d’individus ou de groupes d'individus. Pour EST’elles il s’agit de recruter quelques membres qui s’intéressent à partager leurs propres confrontations avec des préjugés, stéréotypes ou discriminations faites aux femmes dans le monde de travail. 

Préjugé : opinion préconçue, jugement favorableou défavorableporté par avance.

Stéréotypes : croyances partagées concernant les caractéristiques personnelles, généralement des traits de personnalité, mais souvent aussi des comportements, d’un groupe de personnes.

Discrimination : c’est le fait de traiter de manière différente des personnes qui se trouvent dans une situation semblable. C’est une remise en cause du principe d’égalité qui est le fondement des sociétés démocratiques.

Une bibliothèque vivante reprend le concept d’une bibliothèque classique, avec son catalogue de livres, ses bibliothécaires et son règlement intérieur qui sont là pour protéger les livres et veiller à ce que les « lectures » se passent bien. Les livres sont des personnes disposées à partager une page ou un chapitre de leur vie  avec un lecteur intéressé. L’intérêt de la  Bibliothèque vivante est de réduire le malaise associé avec la rencontre d’un∙e  inconnu∙e en proposant un espace sécurisé et bienveillant.

L’intérêt pour les membres d’EST’elles : 

  • participer à un évènement département original ;
  • apprendre à parler de son vécu de manière pertinente grâce à une formation ;
  • transmettre les enseignements tirés de son propre vécu afin de sensibiliser d’autres personnes (jeunes/adultes) sur les dangers de la discrimination ;
  • faire la connaissance avec d’autres livres vivants. 

Vous êtes éligibles si vous pouvez vous rendre disponible en semaine pour 2 demi-journées de préparation et entre 1 et 4 demi-journées de « bibliothèque ». Vous êtes d’accord pour participer à des bibliothèques à Nancy et/ou Laxou, sachant que vos frais de déplacement et de repas seront pris en charge.

  • 2 dates à retenir pour la formation des livres vivantssur Nancy le mardi  29/01/2019 à 14h et jeudi 28/02/2019 à 14h00 
  • 2 Bibliothèques confirmées : le 18 mars à La médiathèque départementale à Laxou et le 25 mars à ICN/Artem à Nancy 

Les frais de déplacement et de repas des livres vivants seront pris en charge. 

Pour de plus amples informations contactez dès aujourd’hui :
Krista Finstad-Milion  06.12.89.12.69  - Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

  logo est elles executiveimage003

 

 

 

Nous voilà déjà en 2019 et pour commencer en beauté

Ecard 2019

Révélez-vous, exprimez votre force de proposition et
votre agilité collaborative en vous impliquant dans la vie de l’association.
Développez et partagez de nouvelles connaissances et compétences.
Contribuez à rendre davantage visibles les talents féminins dans le Grand Est et au Luxembourg
Retrouvez nos valeurs sûres : Causeries, Women’s Business lunches,
Afterworks, RDV Artistiques, sportifs, insolites, Visites d’entreprises
Participez au lancement du programme Mentoring, en partenariat exclusif avec l'ONG Vital Voices
Découvrez le nouveau site web tant attendu
Fêtez les 10 ans d’existence de l’association lors d’une grande rencontre régionale au mois de juin !

Au plaisir de vous retrouver très bientôt lors de nos événements
à Nancy, Épinal, Metz, Strasbourg et Luxembourg

L'antenne de Luxembourg se renouvelle

ISA LUXLancée en 2016 par Isabelle Spannagel et Amy Martins, EST’elles Luxembourg a vu son réseau se développer : l’équipe des copilotes a été fière et honorée d’accueillir des intervenants de qualité autour de sujets qui vous ont interpellés et intéressés. L’année 2018 s’annonce prometteuse, comme le montrent les idées des copilotes Sarah Halit, Amy Martins et Catherine Clément-Berghmans, que vous découvrirez bientôt !

Pour des raisons personnelles et professionnelles, Isabelle a décidé de passer la main pour la partie coordination de l’antenne : « J’ai beaucoup appris de cette expérience. Tout était à faire. Co-créer l’antenne à Luxembourg pour EST’elles a demandé de l’organisation, de la persévérance, mais quel enrichissement, tant au niveau personnel que professionnel pour moi ! Sans parler des magnifiques rencontres que j’ai pu faire lors des événements ou de leur organisation. On s’est adaptées à l’environnement et aux exigences luxembourgeoises, en nous démarquant des autres réseaux par notre accessibilité (le réseau est ouvert à toutes les catégories socioprofessionnelles). »

C’est Sarah Halit qui va reprendre de manière transitoire le rôle de coordinatrice. Isabelle, quant à elle, reste membre actif du réseau et continuera à copiloter l’initiative « Réseautez sportivement » à Metz. L’équipe de Luxembourg recherche donc une nouvelle copilote. Intéressée ? N’hésitez pas à contacter Sarah ou Isabelle pour en savoir plus (Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.). Une belle expérience vous attend, venez nous rejoindre !

Nouria Yahi-Boggio : « Œuvrer pour l’égalité, c’est œuvrer pour l’avenir de l’humanité »

« Œuvrer pour l’égalité, c’est œuvrer pour l’avenir de l’humanité »

nouria1

Nouria Yahi-Boggio sert la cause féminine depuis longtemps, notamment en tant que directrice régionale aux droits des femmes de la Région Grand Est. Ce soutien sans failles d’EST’elles Executive a vu son action reconnue au plus haut niveau : le 27 octobre dernier, Nouria a été faite Chevalier dans l’Ordre National du Mérite. Entretien avec une femme passionnée.

Quel a été votre parcours jusqu’à aujourd’hui ?

À l’issue d’une formation scientifique et économique, j’ai démarré ma carrière en tant que professeur de mathématiques. J’ai ensuite formé des sportifs de haut niveau, surtout des nageurs, en vue de leur reconversion, avant de me charger de la politique d’intégration et d’immigration en Languedoc-Roussillon. Puis j’ai dirigé la politique d’insertion liée au RMI au sein d’un Conseil régional. Je suis devenue par la suite directrice des affaires sociales de la la auprès du député-maire de Drancy (Seine-Saint-Denis). Enfin j’ai été nommée déléguée régionale aux droits des femmes en Lorraine, puis directrice régionale aux droits des femmes pour le Grand Est en août 2016 pour trois ans.

Justement, que signifient pour vous les droits des femmes ?

Si on en parle, c’est qu’il y a malheureusement un problème ! Aujourd’hui, naître fille ne devrait pas se traduire par des opportunités moindres, ou par l’impossibilité de choisir son chemin selon ses capacités et son mérite. Il ne faudrait plus se poser la question de ces droits et il est terrible qu’on ait encore besoin de personnes comme moi... Les droits des femmes sont toujours la variable d’ajustement. L’enjeu est donc une prise de conscience de la société en général, car tout le monde est concerné. Les hommes ont aussi beaucoup à perdre quand les droits des femmes sont bafoués, même s’ils ne s’en rendent pas forcément compte immédiatement.

nouria3

Quelles actions avez-vous menées jusqu’ici dans ce sens ? Et qu’avez-vous prévu pour vos deux années de mandat restantes ?

Depuis un an, j’ai mené avec mon équipe plusieurs actions de lutte, qui se poursuivent : l’une contre l’atteinte à la dignité de la personne, une autre contre la prostitution, en lien avec nos partenaires frontaliers d’Allemagne, de Belgique et du Luxembourg, enfin une troisième contre les inégalités dans le monde de la culture et des arts vivants. Un autre grand chantier concerne le Tour de France de l’Égalité, lancé le 4 octobre par le Premier Ministre. En effet, malgré un arsenal législatif très fort, les inégalités persistent. Par exemple, dans les filières scientifiques, et notamment dans l’informatique et le numérique, les étudiantes désertent les rangs depuis cinq ans. On y compte moins de 20 % de filles ! Des stéréotypes anciens font de la résistance et de nouveaux se profilent à l’horizon. L’autonomie de la femme est considérée comme un danger... Ce Tour de France sera composé d’ateliers dans tous les départements de la Région sous des formes inhabituelles, afin de recueillir la parole des invisibles sur diverses thématiques. Le but ? Construire une vraie politique d’égalité établie sur la base des besoins à couvrir. Outre ce projet, je souhaite organiser un événement autour du numérique. Ces métiers très porteurs restent, comme je le soulignais, très peu féminisés. Je compte également me pencher sur le problème de l’image de la femme, en collaboration avec les médias, qui ont leur part de responsabilité dans ce qui est véhiculé. Enfin, je souhaite me consacrer au problème des femmes vivant dans la précarité et dont les retraites sont de ce fait menacées.

Vous avez reçu les insignes de Chevalier National du Mérite. Que signifie pour vous cette distinction ?

C’est un honneur incroyable ! Je suis contente et fière de pouvoir servir l’État, dans le bon sens du terme, pour apporter de nouvelles avancées et garantir l’égalité de tous les citoyens. C’est une consécration de mon engagement et cela m’encourage à continuer mon action, à ne pas baisser les bras. Il faut poursuivre la lutte avec beaucoup de vigilance, car les droits des femmes ne sont jamais neutres.

nouria2Que pensez-vous des réseaux féminins et plus particulièrement d’EST’elles Executive ?

Les réseaux féminins ont toute leur place. Leur forte émergence depuis quelques années répond à un besoin. Les femmes n’étaient jusque-là pas constituées en réseaux et restaient donc invisibles en termes de responsabilités. J’encourage et soutiens d’autant plus EST’elles Executive que cette association est née en région et a su se construire de façon originale. La diversité de ses membres constitue un sacré atout. Il s’agit d’un véritable réseau, avec une dynamique de connexion, une stratégie pensée et des outils conviviaux. Son évolution parle d’elle-même !

Comment voyez-vous l’avenir de l’égalité hommes-femmes ?

Il faut une nouvelle forme de prise de conscience. Trop de mesures montrent qu’il y a une panne d’accès à l’égalité ou à la mixité. Il faut réactiver cela, via par exemple le Tour de France de l’Égalité. L’avenir dépendra de notre ambition. Bien sûr, l’égalité reste un vœu pieux, mais la mixité existera quand on cessera de faire des femmes une variable d’ajustement. Il faut une démultiplication des réseaux comme EST’elles Executive et une implication forte des acteurs de la société civile. Là est le combat. Car œuvrer pour l’égalité, c’est œuvrer pour l’avenir de l’humanité.

© Géraldine COUGET
EST'elles Executive